Ohita ja siirry sisältöön

JOIN THE COLLECTOR CLUB & UNLOCK 15% OFF

Endless Blue : entre ciel et espace infini avec Drew Doggett

Endless Blue : entre ciel et espace infini avec Drew Doggett

Article précédent
Article suivant

Endless Blue : entre ciel et espace infini avec Drew Doggett

On ne compte plus les clichés de vagues déferlant à l’horizon, d’étendues de sable ou encore des effets de clapot au bord de l’eau. En revanche, celles de Drew Doggett racontent bien plus qu’une histoire d’horizon bien cadré et d’eau salée. Tirer le portrait de l’océan dans son immensité n’est pas une tâche facile pour tout photographe, même les pros. La série Endless Blue nous plonge dans une conversation intime entre l’artiste et le paysage qu’il photographie.

De la mode à la photo de la nature

"Une bonne photographie communique un fait, touche le cœur et laisse le spectateur une personne changée pour l'avoir vue." Irving Penn

La mission de Drew Doggett, inspirée d’un des plus grands, est de taille. Ce qui le motive dans sa photographie d’art ? La transmission. Après des débuts dans la photo de mode dans le monde du luxe new yorkais, le jeune photographe part seul dans les Himalayas. C’est pendant une ascension interrompue par une tempête qu’il a une épiphanie qui détermine le reste de sa carrière. En réfléchissant à la rareté de la situation et de la vie que mènent les sherpas népalais qui l’accompagnent, le jeune photographe décide que désormais, il racontera des histoires inédites, glanées où on ne l'attend pas. 

"Je voulais utiliser mon appareil photo pour préserver des parties du monde qui pourraient être méconnues ou à risque. Ce faisant, je voulais favoriser une connexion avec des endroits lointains où des intérêts humains partagés à l'échelle mondiale pourraient se révéler. J'ai senti que si je me tenais à mon système de croyances de base, alors je serais en mesure de créer quelque chose d'unique et d'intègre,” Drew Doggett.

Dans son travail, la photo de mode n’est jamais bien loin, que ce soit dans le cadrage, la lumière ou son obsession pour les détails. Dès l’enfance, les voyages et les écrits de Jules Vernes le font rêver. Adulte, il part à la rencontre de l’autre et des espaces peu connus et qui risquent de bientôt disparaître. Il passe des mois à mener ses recherches sur l’endroit et identifie les lieux avec précision. Il étudie aussi les thèmes qu'il peut traiter au travers de ses photos. Qu’est-ce qui a déjà été fait ? Que reste-t-il à dire ? Comment photographier ce sujet dans le respect, sans l’objectifier ? Doggett explore ces questionnements longtemps avant d’appuyer sur le déclencheur. Et cela s’en ressent dans ses images. Dans les séries du photographe, il s’opère une alchimie unique entre l’histoire de l’endroit et une esthétique bien à lui faite de formes, de textures et de symétries. Ne laissant rien au hasard, il redéfinit le beau et communique son point de vue sur son sujet.

Entre ciel et espace, l’océan

“Il y a tellement de photographes de nos jours, donc la seule chose sur laquelle vous pouvez vraiment miser est la capacité de votre œil à fournir quelque chose d'unique ou d'évocateur d'un moment et d'un lieu que le spectateur voudrait revivre.” - Drew Doggett

Doggett n’a pas tort, à l’heure d’Instagram, nous disposons de clichés incroyables dans le creux de notre main. Swell: Endless Blue montre la prise de hauteur et l’envie de tirer le portrait d’un océan insaisissable. Cette série s’articule autour des vagues les plus respectées de la planète qui viennent s’écraser avec fracas sur les rivages de la terre promise des surfeurs : Hawaï. Beaucoup d’entre nous ne verrons certainement jamais l’immensité de l’océan telle qu’elle apparaît dans Endless Blue. 

Combien de photos existent de la texture de l’écume, de l’effet des vagues et d’une eau turquoise qui donne envie de s’y submerger ? Doggett déchiffre son sujet pour mieux l’immortaliser. Il fait des choix de composition, d'angles et de moments. En somme, Doggett réinvente l’image de plage, car il questionne sans cesse la raison d’être d’une photographie. Comment rendre son œuvre intemporelle ? Comment est-ce qu’une série de photos d’art peut communiquer un sentiment d’humanité partagé ? Endless Blue tente de répondre à ces questions.

Une image de plage ne permet pas seulement de s’évader, elle nous rappelle notre propre expérience de la mer. Tout d’un coup, on replonge dans notre dernière baignade dans l’eau salée, on ressent le mouvement des vagues autour de notre corps et de toutes ces fois où on a admiré les jeux de lumière sur le sable mouillé. Le temps d’un instant, on n’est plus là face à la photographie, mais happé, projeté dedans. Le film court réalisé par Doggett intitulé The Escape reflète avec justesse ce désir de communion avec l’océan. On y voit Alana Blanchard, surfeuse professionnelle et mannequin, dans son terrain de jeu sur l’île hawaïenne de Kauian.

“Le surf est une danse avec les vagues, c'est une performance que je connais d'instinct. Une force primitive, qui coule dans mon sang depuis ma naissance,” raconte la voix off d’Alana Blanchard qui a débuté le surf dès l’âge de 4 ans. Aujourd’hui, après s’être éloignée du circuit de surf professionnel vers le free surf, elle continue de profiter des vagues avec ses deux enfants et son mari, lui aussi surfeur professionnel. La force de l’océan transparaît dès les premières secondes, peu accueillant et défiant ceux et celles qui souhaitent y naviguer. Les plans s’enchaînent, tantôt serrés, tantôt aériens planant au-dessus des vagues, tantôt submergés sous une masse d’eau déferlante que la surfeuse traverse avec grâce. Dans cette histoire, nous avons tous notre part à jouer, pas simplement les surfeurs ou le photographe. La mise en perspective de Doggett nous rappelle que nous faisons partie d’un tout d’une ampleur qui nous dépasse mais qui a le potentiel de résonner fort en chacun. 

Même si au global les océans recouvrent plus de 70% de la planète, ces vastes étendues aquatiques sont menacées de toutes parts par les activités humaines. Que ce soit une photo aérienne de surfeurs dans l’attente d’une vague ou la lumière particulière d’une aurore, immortaliser ces moments uniques relève d’un acte de conservation et d’archivage. Dans Endless Blue, Doggett tire le portrait d’un océan où l’Homme se fait tout petit, à la mesure de l’immensité de l’océan que nous devons pourtant protéger. Et vous, que percevez-vous dans ces images ?

Fermer (esc)

Popup

Use this popup to embed a mailing list sign up form. Alternatively use it as a simple call to action with a link to a product or a page.

Age verification

By clicking enter you are verifying that you are old enough to consume alcohol.

Recherche

Panier

Votre panier est vide.
Boutique